Réagissons!




Accueil

Et la mobilité, Madame le ministre ? 



Le Cnarm envoie en métropole depuis des lustres 2 500 jeunes pour se former et avoir un travail. C’est très bien mais ce que l’on ne pige pas, c’est que, les années passant, le nombre de chômeurs augmentant comme le chiffre de la population, c’est invariablement 2 500 jeunes et jamais dix de plus qui s’envolent vers d’autres cieux. Pendant ce temps, on apprend qu’un nombre ahurissant d’étrangers rentrés illégalement en Europe via l’Italie trouvent en France et en Angleterre un logement, des allocations de toutes sortes, une couverture santé et même un travail.

Se pose alors cette question : comment se fait-il qu’il y ait en métropole de la place pour des étrangers qui forcent la porte de notre maison France et y pénètrent en masse alors qu’on nous dit qu’il n’y a pas plus de place pour les enfants de la France qui pointent au Pôle emploi à La Réunion? Seulement un quota de 2 500 places par an et pas une de plus.

Allez-vous nous taxer de racisme, de xénophobie, de stigmatisation parce que nous vous disons qu’il n’est pas logique ni moral qu’une mère préfère les enfants de ses voisins à ses propres enfants, tous au chômage ? Est-ce que le dicton plein de sagesse « charité bien ordonnée commence par soi-même », n’a plus aucun sens ? Est-ce de l’utopie, est-ce insultant de vous demander ce que votre gouvernement et le conseil général comptent faire pour déjà doubler ce quota de jeunes migrants avec 5 000 départs annuels ?

Est-ce moral de verser 12x470 euros par an aux bénéficiaires du RSA afin qu’ils restent à La Réunion pour croupir dans le chômage de longue durée ? Alors qu’avec seulement la moitié de cette somme il serait possible de payer le voyage, l’hébergement à l’arrivée et les prestations des employés du Cnarm accompagnateurs ! Le RSA versé pendant un an ici à un jeune chômeur, c’est le montant de deux départs en mobilité vers la métropole, le Québec ou l’Angleterre. Donc, l’argent ne manque pas à La Réunion, il y en a, c’est son utilisation qui est mauvaise. La cocote-minute finira bien par imploser très bientôt. Il suffit d’un peu de patience ! On ne peut pas mépriser indéfiniment et impunément les jeunes Réunionnais.


Association "Réagissons !"

Le 25 février 2013