Réagissons!





Islamodéie ou islamophobie ?





Vous savez qu’une femme peut se mettre subitement debout sur la chaise où elle était assise et pousser des cris stridents parce que quelqu’un a dit à haute voix qu’une petite souris venait de traverser la salle à manger ?
Cette personne a la phobie des souris.
On peut avoir aussi une grande peur de devoir voyager dans un avion ou de devoir traverser une grande place comme celle de la Bastille une nuit d’élection présidentielle ou encore de prendre l’ascenseur d’une tour comme celle de Montparnasse.
Ces peurs totalement irrationnelles sont maladives et sont appelées des phobies (du grec ancien ϕόϐος).
On peut les traiter médicalement par des anxiolytiques, des bêta bloquants ou des antidépresseurs quand les phobies deviennent franchement des pathologies graves.
Vous avez donc déjà entendu le terme d’islamophobie.
Un terme couramment employé depuis les attentats new-yorkais de 2001 par les musulmans. Malheureusement repris par la presse internationale.
En accablant de ce terme toutes les personnes hostiles à l’islam, les musulmans veulent faire accroire que nous sommes des malades psychiatriques souffrant d’une peur maladive extrême envers ce qu’ils appellent leur « religion ».
Ces personnes ne seraient pas des gens normaux. Elles souffriraient de la phobie de l’islam.

L’islam n’est hélas pas une religion comme le sont le judaïsme et le christianisme.
L’islam est un système politique totalitaire qui a marqué à ses débuts les juifs et les chrétiens (de la même façon que l’Allemagne nazie a marqué les juifs en les obligeant à porter une étoile jaune) et les a forcés à payer une taxe pour pouvoir pratiquer leur religion.
L’islam dans tous les pays où il est largement majoritaire est une idéologie totalitaire où la tolérance et le respect des droits de l’homme sont des réalités inexistantes.
Même dans des pays comme l’Angleterre des musulmans veulent abolir la démocratie pour la remplacer par la charia.
Il faut être un fieffé imbécile pour croire qu’il est possible qu’en France et dans tous les pays européens l’islam puisse se passer de la charia.
C’est le vœu le plus cher à tout musulman.

Mais un regard même rapide sur la situation de pays régis par la charia (Arabie saoudite, Iran, Irak, Afghanistan, Bangladesh, Pakistan, Yemen, pays du Maghreb) devrait suffire à tout Occidental pétri des idéaux occidentaux et partisan des droits de l’homme d’avoir une peur justifiée et raisonnée de l’islam.
Le Coran est un ouvrage qui nie farouchement l’article premier des droits de l’homme : « Tous les hommes naissent libres et égaux en droits ».
Et des musulmans ne se privent pas d’exécuter lâchement en les décapitant ou en les brûlant vifs tous les musulmans fraîchement convertis au christianisme.
Ces bourreaux sont considérés comme des héros dans leur pays. Ils ne seront jamais poursuivis car ils accomplissent, selon leurs dirigeants, la volonté de Dieu.

Aussi notre association a-t-elle forgé un néologisme pour nommer cette peur justifiée et raisonnée de l’islam.
Nous proposons donc de remplacer le terme d’islamophobie qui est insultant pour toutes les personnes hostiles à l’islam par le terme d’islamodéie (du grec ancien « δέος » : peur justifiée, rationnelle).
Cette crainte justifiée d’un système politique totalitaire n’est pas la haine ou le mépris envers nos compatriotes musulmans qui subissent eux aussi les contraintes de l’islam et celles de l’Islam (la pression communautaire).
Celle ou celui qui abjure l’islam est renié, méprisé, haï par les autres musulmans en pays démocratique et peut être torturé à mort dans des terres islamiques.
L’
islamodéie est donc une vertu pour tous les démocrates européens, un rempart contre la barbarie.
Rappelons-nous le sort réservé aux bouddhas géants d’Afghanistan.
Si les Européens continuent à vivre dans l’utopie et le déni malgré les avertissements solennels de prêtres chrétiens vivant en pays musulmans, le même sort sera réservé à des chefs-d’œuvre occidentaux comme Notre-Dame de Paris, la cathédrale d’Amiens ou celle d’Albi qui s’effondreront aussi vite que les Twin Towers en 2001.
Une seule solution pour résoudre la violence inhérente à l’islam : obliger les musulmans à supprimer les 550 versets horriblement violents du Coran.
Croyez-vous cela possible ?
Non, ce ne sera jamais possible.

Alors, pour quelles raisons continuer à autoriser la publication d’un ouvrage explicitement antisémite et antichrétien appelant à assassiner des gens au nom de Dieu ?
 

Association " Réagissons ! "