Réagissons!





Nouvelle liaison Saint-Denis / La Possession





Des arguments en béton contre le projet en mer de nouvelle route du littoral

Objet : Référé.
Demande d’annulation de la D.U.P. de la nouvelle route du littoral sur l’océan Indien en projet avec la Région Réunion de Didier Robert.



Monsieur le Président,

Depuis la publicité de la Région Réunion en faveur d’un tracé par la mer d’une nouvelle route du littoral, de nombreuses voix se font entendre pour dénoncer ledit projet.

Il n’est jamais trop tard pour bien faire, surtout que des sommes astronomiques ont déjà été engagées dans des études de faisabilité et une enquête publique.

Il faut à tout prix stopper l’hémorragie financière.
Dès le départ, l’idée d’une nouvelle route a été faussée par la qualification de
« Nouvelle route du littoral » au lieu de « Nouvelle voie de liaison Saint-Denis/La Possession ».

Cela a permis d’écarter d’emblée tout projet de liaison par La Montagne ou de déclarer que tout projet par La Montagne « ne correspondait pas aux objectifs ».
Sans avoir jamais présenté au préalable lesdits objectifs.

Cette route par la mer n’est pas à comparer au fameux pont de Donghaï qui, long de 32 km, n’a coûté « que » 1, 1 milliard d’euros. Avec 6 000 ouvriers qui, pendant 3 ans, ont travaillé 12 h par jour au salaire de 110 €/mois sans jamais rentrer chez eux, campant dans un espace de 3, 5 m2 sur le pont ou dans ses piles.
Le pont de Donghaï, dans un archipel, relie deux points séparés par la mer. Alors que Saint-Denis et La Possession sont séparés par la terre.

Il convient donc de construire entre ces deux villes (voir notre plan) une route du genre de celle de la route des Tamarins dont le prix total ne dépasserait pas celui de celle-ci. Donc, beaucoup moins chère que le projet en mer de Didier Robert.
Nous ne savons pas grand-chose de cette route littorale : combien de piliers au total sur 12 km ? Quelle hauteur du tablier à la base dans ou sur une couche de basalte solide ?
Les travaux, nous assure-t-on à la TV en ce 23 septembre, doivent débuter début 2013. Or, à Pôle emploi, il y a une semaine, aucune formation pour les futurs ouvriers spécialisés n’était prévue dans les semaines à venir.
Combien de Réunionnais prévus pour travailler sur cette route en mer ? Combien d’ouvriers au total ? Et pendant combien de temps ?

Tout le temps pris par la Région pour finir le nouveau pont de la rivière Saint-Étienne laisse augurer du nombre d’années nécessaires pour réaliser sa nouvelle route sur la mer !

Un ouvrage sur la mer avec ses très nombreux piliers ne pourra que détériorer grandement le milieu marin, surtout sa faune.
L’affouillement d’un pilier du pont de la rivière Saint-Êtienne qui a fait s’effondrer le pont tout entier permet de deviner les conséquences d’un accident grave ou d’un attentat contre l’un des piliers du pont sur la mer de Didier Robert.
Il faut également avoir en mémoire le sort du pont en béton en face de la préfecture, très agréable pour la promenade, et qui n’a jamais été reconstruit !
L’on ignore également le coût d’entretien d’un pareil ouvrage.
Le prévisionnel de 1, 6 milliard d’euros par la Région est optimiste et fantaisiste.
Il faudrait tabler sur environ 3 milliards d’euros et la Région ne dispose pas de ce budget pharaonique.
Pour combien d’années La Réunion serait-elle surendettée ?

Le responsable du projet à la Région a en outre affirmé qu’il faudrait acheter tout le béton en dehors de La Réunion ! Un comble, non ?
Combien de transports par bateau seraient nécessaires et pour quel coût ?
On fait miroiter aux Réunionnais à la recherche d’un emploi du travail avec cette route sur la mer.
Mais cela ressemble fort à des promesses qui n’engagent que ceux qui y croient !

Le préfet qui a signe cette D.U.P. a été grugé.
Pour des raisons de bon sens d’abord, puis de sécurité, ensuite d’écologie et enfin de coût, il faut déclarer nulle et non avenue la D.U.P. de la nouvelle route du littoral.

Notre association entend bien que son projet de route par La Montagne soit étudié en sa présence avec le plus grand soin par la Région Réunion et l’État.
D’autant plus que notre tracé permettrait également la création de lotissements sur certains terrains communaux, qui ne sont en rien agricoles.

Fait à Saint-Denis, le 23 septembre 2012.
Association " Réagissons ! "

J. O. n° 50 samedi 12 décembre 2009
p. 6099
N° 2821

Réagissons au Journal Officiel