Réagissons!




Accueil

Un rapporteur public pas vraiment à la hauteur



Pas d’une immense culture mais d’une intelligence vive et d’une saine curiosité, nous sommes allés chercher la nature du rôle de rapporteur public : « En France, le nom de rapporteur public est la nouvelle appellation, à compter du 1er février 2009, de l’ancien commissaire du gouvernement devant les tribunaux administratifs, les cours administratives d’appel et les formations contentieuses du Conseil d’État. C’est un membre de la juridiction elle-même intervenant publiquement à l’audience pour analyser le litige et proposer une solution. »

À l’issue de l’audience du TA de jeudi dernier sur le recours de l’Alliance nous ne pouvons que constater que le rapporteur public n’a pas été à la hauteur de ce que l’on est en droit d’attendre de ce genre de magistrat.

Tout d’abord, son intervention dans une toute petite salle était quasiment inaudible malgré l’utilisation d’un micro.

Ensuite, cette dame n’a fait que marteler à temps et à contretemps (nous aurions dû compter !) que le coût de cet ouvrage NRL était de 1, 6 milliard d’euros.

Elle en est restée à l’estimation de 2010 alors que la Région elle même a annoncé récemment que le coût était actuellement estimé à 1, 85 milliard d’€.

Elle n’a pas pensé un seul instant à dire que le minimum de 30 % d’augmentation d’ici à la fin du chantier amènerait l’ouvrage à 2, 4 milliards d’€.

Elle n’a pas pensé non plus à envisager que si, comme la route des Tamarins, l’augmentation se trouvait être de 70 %, la NRL coûterait finalement 3, 15 milliards d’€ ! ! !

Elle n’a pas pensé, dans cette hypothèse tout à fait crédible, à expliquer comment trouver 1 300 000 000 € pour réaliser le chantier jusqu’à son terme.

Elle n’a pas pensé non plus (cette dame pense peu, semble-t-il !) jeter un œil sur le site de « Réagissons ! ».

Dommage ! elle aurait su qu’il existe une alternative crédible, sûre, bien meilleur marché, d’une plus grande longévité, d’un entretien moins onéreux, qui ferait travailler bien davantage de Réunionnais, qui développerait le secteur de La Montagne, plus écologique.

Elle n’a pas pensé dire qu’avec 2, 4 milliards d’€, on pourrait construire en parallèle quatre Tamarines entre Saint-Denis et La Possession.

Enfin, cette dame qui ne lit pas la presse et se tient fort éloignée des réalités réunionnaises n’a pas capté que le refus de projet NRL n’est pas une manœuvre politique d’un parti d’opposition mais fait déjà l’unanimité de cinq personnes morales, majoritairement de la société civile : Alliance, Les Verts, Réagissons !, ATR-Fnaut et Srepen.

Last but not least, le rapporteur ne propose aucune solution de remplacement au projet NRL.

Au président du tribunal administratif d’être couillu et de déclarer que la DUP du préfet est devenue caduque du fait même que l’ouvrage proposé actuellement par la Région ne correspond plus ni aux plans ni au coût des prévisions de 2010.

Il est en outre illogique qu’une DUP ait pu être faite avant même la consultation des conseils local et national de protection de la nature et de la fin des enquêtes d’utilité publique.

Des enquêtes elles-mêmes tronquées par le fait même que cantonnées aux seules villes de Saint-Denis et La Possession alors que l’utilisation et le financement de l’ouvrage concernent l’ensemble des Réunionnais !

Nous le répétons : ce n’est pas parce que beaucoup d’argent a déjà été jeté par les fenêtres que nous devons continuer à en jeter encore bien davantage.

« Errare humanum est sed perseverare diabolicum ! »

Association "Réagissons !"

Réagissons au Journal Officiel